Logo SWR Schulfernsehen

La course camarguaise - Ein Film von Peter Prestel

00:30
C'est dimanche, dans un petit village du sud de la France. Deux jeunes demoiselles se retrouvent après la messe pour une promenade champêtre. Dans cette Camargue excessivement catholique des années 1900, c'est l'une des rares distractions que les jeunes filles non mariées, peuvent se permettre, sans risquer de compromettre leur réputation.
Avec un peu de chance, nos deux jeunes filles à l'habit vertueux pourront même vivre un moment captivant...

01:01
Le taureau sauvage de Camargue est, depuis la nuit des temps, l'emblème de ce pays. Les jeunes hommes se mesurent à lui. Un jeu certes, mais pas dépourvu de risques et les courageux razeteurs suscitent l'admiration des jeunes filles. Roger Nissard a été autrefois l'un d'eux.

01:27
O-Ton Nissard
Lorsque le razeteur avait levé l'attribut comme je vous ai fait voir, ben...allait souvent l'offrir à l'élue de son coeur, à une femme.

01:38
Le trophée, attaché entre les cornes du taureau, est la pièce maîtresse dans ce jeu d'adresse et d'audace. Autrefois cela pouvait être une fleur, une étoffe, voire même un saucisson. Aujourd'hui, on l'appelle la cocarde. Pour l'attraper, il faut se tenir ni trop éloigné ni trop près du taureau, au risque de finir avec quelques bleus.

02:00
Seuls les meilleurs réussissent la prise parfaite entre les cornes. Grâce aux trophées ainsi gagnés, Roger Nissard, l'homme au chapeau, s'est attiré l'admiration de nombreuses femmes.

02:11
O-Ton Nissard
Il faut croire que ça lui allait droit au cour.

02:22
Ce qui autrefois n'était qu'un jeu est devenu un véritable sport. Le sport national de la Camargue "la course camarguaise" remplit les arènes. Ici, contrairement à la corrida espagnole, c'est le taureau qui est la star et non l'homme.

02:49
Un bon taureau, qui a de l'expérience, défend son trophée avec acharnement. Les razeteurs doivent user de toutes les tactiques possibles pour l'approcher. Le jeu est beaucoup plus risqué pour l'homme que pour le taureau, qui, dans la course camarguaise, n 'est ni blessé ni mis à mort.

03:07
Muriel Garcia est née en Camargue. Elle aime ce sport et surtout les taureaux. C'est pour les voir qu'elle va aux arènes. Certains devenus de vrai stars effectueront plus d'une centaine d'entrées dans l'arène au cours de leur vie. Pour leur faire face on choisit les meilleurs razeteurs, des asses qui, en esquivant les redoutables cornes, enthousiasment le public par leurs voltiges. Mais, attention, certains taureaux ont aussi appris à voltiger...

03:45
Muriel connaît les particularités et les ruses de ses bêtes préférées. Pendant les quinze minutes que dure le face-à-face, les héros habillés de blanc doivent mettre en oeuvre tout leur savoir-faire pour arracher la cocarde primée. Or il s'avère parfois que mêmes les meilleurs ne sont pas toujours invulnérables.

04:20
Le taureau a une valeur particulière aux yeux de Muriel.

04:25
O-Ton Muriel
Le taureau, c'est beau à regarder, c'est un animal qui est gracieux dans ses déplacemements, puis bon, par la course camarguaise, il met en évidence son intelligence devant la combativité avec l'homme, parce que l'homme a toujours aimé avoir un combat avec un animal.

04:47
Retour à la vie de tous les jours. Quand besoin est, Muriel aime se rendre utile dans une manade. C'est ainsi que l'on appelle, en Camargue, les domaines où sont élèvés les taureaux destinés aux jeux de l'arène. Pour elle, le travail avec les taureaux n'a rien d'extraordinaire puisqu'elle a grandi avec les bêtes.

05:13
Mais c'est toujours un moment particulier quand le jour de la ferrade approche et que les jeunes taureaux âgés d'un an sont marqués au fer rouge. C'est un jour de fête pour les gens de la manade, la consécration d'un nouveau membre de la famille, en quelque sorte.

05:31
Une tâche difficile à laquelle participent également les femmes.

05:37
OFF-Ton Muriel
C'est une passion qui nous donne cette énergie que nous les femmes on n'a pas mais qui nous égalise avec celle des hommes. Il faut être vraiment passionné et motivé, et courageux aussi, faut beaucoup de courage pour assister à ces travaux.

06:02
En tant que fille d'agriculteur, Muriel Garcia a appris le métier dès son plus jeune âge. Son amour pour les animaux de la Camargue lui a eté, pour ainsi dire, inculqué dès le berceau.
Après une formation agricole, à 30 ans, Muriel gère aujourd'hui tout un domaine. Bien entendu, les chevaux blancs de Camargue ne manquent pas au tableau.

06:38
Le dressage des chevaux est sa tâche préférée. Elle prépare les beautés blanches en vue de leur travail auprès des taureaux. Cavaliers, chevaux et taureaux forment le trio indissociable de la Camargue.

06:51
O-Ton Muriel
La nature fait partie de l'essence même de l'être humain. On peut pas vivre dans un... autrement que dans la nature ou près de la nature. Et si on a la chance ou le privilège d'être et de travailler dans la nature, c'est magnifique.

07:12
La Camargue, pays du cheval blanc et du taureau noir. Les terres marécageuses du delta du Rhône leur offrent, ainsi qu'à des centaines d'espèces d'oiseaux, un espace vital unique.

07:30
Un milieu magique, ni terre, ni eau. Le royaume de Thierry Ferrand. Thierry est gardian. C'est ainsi que l'on appelle ces hommes à cheval qui consacrent leur vie aux taureaux sauvages de Camargue.

07:48
O-Ton Thierry
Mais c'est un taureau qu'on peut pas approcher, qu'on peut pas caresser, qu'on est obligé simplement de regarder. Moi il me plairait des fois de vouloir aller caresser le taureau, mais je peux pas, je peux que le regarder, m'y approcher, mais après il y a une distance qu'il faut respecter parce que le taureau, c'est un animal sauvage, très dangereux et il faut toujours faire attention, garder cette distance, parce que sinon on risque l'accident, voilà.

08:20
Thierry travaille à la manade Saumade, un élevage de taureaux réputé. Ici vivent des bêtes qui, dans l'arène, ont fait peur a plus d'un razeteur. Les meilleures d'entre elles reçoivent une portion de fourrage supplémentaire: il leur faut emmagasiner des forces pour résister à la longue saison des courses.

08:43
Un taureau remarquable par son jeu dans l'arène est un véritable don du ciel pour un manadier, un capital vivant. En effet les taureaux sont payés à la course. Or plus le taureau est réputé, plus son prix est élevé.

08:57
Magali a repris la manade Saumade à la suite de son père, un travail très dur. Ce ne sont pas seulement les prix remportés par ses taureaux et le profit qui l'intéressent.

09:07
O-Ton Magali
Le taureau, c'est... c'est tout quoi, enfin pas tout mais c'est beaucoup. C'est notre vie, donc, c'est pour ça que, il fait partie aussi de notre maison. Et puis bon, on est vraiment particuliers parce qu'il y a le taureau et toute la vie, enfin une partie de la vie s'organise autour du taureau. Et alors on aura plus d'identité... je veux dire... culturelle, c'est une chose, bon ça c'est évident parce qu'on se démarque par rapport aux autres parce qu'il y a le taureau...

09:43
Les gens de la Camargue ont élevé un monument à la mémoire de leur taureau. Pas un, mais des centaines. Dans chaque village le héros cornu de l'arène est immortalisé, certains obtiennent même une sépulture d'honneur. Les plus jeunes connaissent encore aujourd'hui le nom du taureau "le Sanglier", qui dans les années 20, au siècle dernier, a disputé de nombreuses courses. Une renommée comparable n'a son pareil chez aucun razeteur bipède!

10:21
Muriel Garcia affiche un air plus grave qu'à l'ordinaire. Magali, la propriétaire de la manade Saumade, est elle aussi tendue. Aujourd'hui tous les gardians sont de sortie dans les terres. La sélection des taureaux destinés à l'arène, leur rabattage, est un moment important pour chaque éleveur.

10:50
Cheval et cavalier sont soumis à rude épreuve. Les bêtes sélectionnées doivent être séparées du reste du troupeau et rabattues. Les taureaux n'apprécient pas du tout et tentent de s'échapper. Pour sortir indemne de cette entreprise, la vivacité et la hardiesse du cheval sont déterminantes.

11:24
Il aura fallu plus de deux heures pour maîtriser la débandade.
Thierry et les autres gardians ont achevé la première étape qui précède l'entrée dans l'arène. La rampe de chargement de la bétaillière attend.

11:41
O-Ton Nissard
Dans...notre village du Languedoc, ici, aucune fête, quelle soit locale, paroissiale ou politique, de ce fait, ne se passe sans taureau. Toujours les taureaux sont incorporés aux fêtes locales.

12:00
Roger Nissard a aujourd'hui 87 ans. Il a travaillé pendant longtemps comme gardian.
Le taureau a toujours été une passion dans sa vie.

12:09
OFF-Ton Nissard
Et c'est une racine ancienne. Sais pas vous dire, le taureau est ancré dans le sang du Languedocien. Le taureau, c'est sacré pour lui, c'est sacré.

12:25
De vieilles photos de courses, souvenirs des temps passés. Depuis qu'il est à la retraite Monsieur Nissard consacre son temps à l'histoire de la course camarguaise.

12:40
Depuis toujours, elle a commencé avec le rabattage des taureaux sauvages des marais vers le domaine.
Ses origines dans la région remontent, d'après les documents, à l'an 1402.

12:57
L'abrivado. Escortés par des gardians à cheval, les taureaux sont conduits dans l'arène à travers les rues du village. Autrefois c'était la seule façon d'acheminer les bêtes.

13:13
L'histoire de ces jeux sauvages est marquée par les accidents mortels et les interdits. Ce n'est qu'au début du vingtième siècle que des règles fixes ont été introduites. La course camarguaise est devenue alors un sport national.

13:31
Aujourd'hui, on ne peut pas s'imaginer la vie en Camargue sans les jeux taurins. Le petit village du Cailar est, pour les connaisseurs, un lieu culte de la course camarguaise. Muriel et Magali sont originaires du Cailar. Les préparatifs pour le plus grand jour de l'année avancent tranquillement. La course camarguaise est aussi l'occasion d'une grande fête au village.

14:01
Activité intense chez le boucher du village. De nombreuses bouches affamées sont attendues comme chaque année autour des arènes. Et pour l'occasion on prépare des mets de circonstance: saucisson et jambon de taureau. En effet, seuls les taureaux destinés aux jeux de l'arène restent généralement épargnés par le couteau du boucher.

14:33
Muriel s'est libérée pour l'occasion. L'ambiance monte au village plusieurs jours déjà avant la grande rencontre. Le bar du Café de l'avenir est le point de ralliement général. Muriel et sa soeur jumelle discutent avec le barman Cédric Felix, jeune razeteur talentueux, sur les chances qu'il a de se distinguer dans l'arène. Pendant quelques jours, il sera la star du village.

14:58
O-Ton Cédric
C'est pas le but, c'est pas le but, mais c'est vrai qu'il y en a certains, c'est la facilité, les filles, enfin, les gens qui sont là, bravo, bravo, pour un bon razeteur, un bon razeteur a beaucoup de monde autour de lui, c'est dur de garder la tête froide quand on a tant de monde autour de soi.

15:20
Avant le jour J, Cédric veut se familiariser avec les arènes. Il doit avoir intégré les dimensions de la piste et la hauteur des barricades pour être prêt lors du razet décisif.

15:34
O-Ton Cédric
Et l'essentiel, chacun va essayer de lever les cocardes et les glands qu'y a sur la tête du taureau. Voilà, chaque taureau a sa cocarde rouge au milieu, ses deux pompons blancs sur les cornes et des morceaux de ficelle, des tours de ficelle et après c'est un peu la bagarre entre chaque razeteur, pour chacun, chacun essaye de lever le ruban qui est primé par la présidence et voilà. Et après tout ça, s'ajoutent des points, ça fait des points aussi les cocardes et les glands et ça fait une compétition.

16:13
Cédric s'exerce des dixaines de fois à sauter les barricades rouges. Cela fait partie du b.a.-ba du métier de razeteur si l'on veut échapper aux cornes menaçantes d'un adversaire enragé.

16:44
Dans l'arène chaque geste doit être calculé. Le moindre faux pas peut être fatal.

17:29
Et du courage, il en faut sans doute.

17:33
O-Ton Cédric
C'est sûr qu'il faut en avoir un peu, mais... enfin... parce que bon, quand on prend des coups de cornes, qu'on se retrouve à l'hôpital, aprés pour revenir en piste, après un coup de cornes, c'est pas évident. C'est dur au début, les premières courses sont difficiles, et après, comme je vous disais, la passion reprend le dessus, on pense plus au risque, quand on est en piste, il faut plus penser au risque parce que si on pense au risque, c'est pas bon, on razète pas après.

18:08
L'heure de la rencontre approche. Thierry noue les cocardes rouges entre les cornes des taureaux sélectionnés. Une entreprise qui ne va pas sans risques car les bêtes sont nerveuses. Celles qui n'en sont pas à leur premiere course savent ce qui les attend dans les prochaines heures. Chez Thierry la tension commence aussi à monter. Comment ses taureaux vont-ils défendre leur trophée ? Vont-ils rapporter la cocarde à la maison?

18:37
Muriel est aussi de la fête. Sa soeur l'aide à mettre le costume traditionnel.

18:46 OFF-Ton Muriel
C'est vrai que les villageois sont fiers de leur fête, donc ils mettent... ceux qui aiment l'attelage... bon... utilisent leur plus beau attelage, ceux qui ont les plus beaux habits mettent en valeur aussi leur plus belle toilette, puis bon les jeunes gens aussi, ils veulent mettre aussi en valeur leur qualité devant le taureau comme razeteur. C'est vrai que les gens sont fiers de leur fête votive et ils veulent que ça toujours... persévérer dans cette fête votive, tout en préservant les traditions.

19:31
Une autre tradition qui s'est maintenue est l'abrivado. Comme cent ans en arrière, les gardians mènent les taureaux de leur patûre à l'arène. Aujourd'hui l'abrivado n'est plus qu'un spectacle, mais qui n'est pas sans danger. Il a déjà causé quelques accidents mortels.

19:51
Les taureaux sélectionnés, on les privilège d'être conduits à l'arène.

19:56
OFF-Ton Thierry Moi, ma vie est vouée complètement au taureau, d'abord parce que avant d'être gardian, j'étais razeteur, c'est-à-dire que je participais aux courses de taureaux. J'ai fait une grande carrière en tant que razeteur, j'ai gagné les plus grands trophées, c'est-à-dire j'ai gagné six fois le trophée des as, quatre fois la cocarde d'or, trois fois la palme d'or, j'ai gagné à peu près dans ma carrière trois cents coupes et trophées.

20:25
En route pour l'arène, Muriel et sa soeur apprécient ce moment-là.

20:32
Thierry est arrivé à destination. Les taureaux sont conduits dans le toril, un enclos attenant à l'arène où sont parquées les bêtes. Cédric regarde, avec respect, l'adversaire arriver.

20:55
Muriel est en rogne: sa coiffure élaborée avec tant d'art et de peine s'est défaite pendant sa course à cheval. Mais l'agacement est de courte durée. Tout le monde , dans le petit village, se réjouit en ce jour de fête. Tous se sont habillés pour l'occasion.

21:35
Les bruits de sabots annoncent l'arrivée des taureaux au village. Une fois les stars dans l'arène, le jeu, tant attendu, peut commencer.

21:58
Dans les vestiaires, nos jeunes héros se préparent. Les muscles sont échauffés et tous s'encouragent mutuellement. Nul ne pense au danger ni aux éventuelles blessures.

22:23
L'unique instrument utilisé par le razeteur est le crochet, une sorte de poignée munie de griffes. Grâce à lui, il peut couper en deux le fil de la cocarde, en supposant qu'il ait pû s'en approcher suffisamment.

22:40
Muriel est tendue. Cédric va-t-il être à la hauteur de son titre de favori? Comment les taureaux vont-ils se comporter? L'entrée des gladiateurs. Pour Magali, assister aux courses fait partie de la routine hebdomadaire en cette période estivale où les fêtes de village se succèdent.

23:06
Le premier taureau. Les razeteurs se tiennent prêts. Il va d'abord falloir mener un travail d'équipe pour manoeuvrer le taureau. En même temps il faudra razeter chacun pour soi. Tous veulent décrocher la cocarde rouge qui est dotée d'un prix. Plus le jeu dure, plus le prix est important.

23:32
Cédric essaie encore une fois, prend son élan et... la manque de justesse.

23:40
Thierry n'est pas content. Son taureau se dérobe et saute toujours de l'autre côté des barricades. Le public veut en avoir pour son argent.

23:52
Muriel aime voir la bête se jouer de l'homme.

24:01
O-Ton Muriel
Le taureau... le taureau en général, c'est un symbole de force, de courage, de combativité puis également aussi, de fertilité.

24:20
Thierry encourage son taureau. Un taureau performant dans l'arène rapportera plus d'argent lors des prochains jeux. Mais pour lui, ce n'est pas la seule chose qui compte.

24:30
O-Ton Thierry
J'ai voué vingt ans de ma vie déjà au taureau, et j'éspère en vouer le plus longtemps possible et encore la seconde partie de ma vie.

24:50
Cédric essaie par tous les moyens mais n'arrive pas à s'approcher assez près des cornes du taureau. Le taureau serait-il plus habile, plus rusé que lui?

25:00
Cédric se risque encore une fois...

25:12
Que peut bien penser Magali, quand elle voit ses bêtes face à l'homme?

25:21
O-Ton Magali
Le premier sentiment du manadier quand il amène ses taureaux en course, il donne une part de lui-même, puisque c'est lui qui a, si on peut dire, créé le taureau, il s'offre un peu au public, donc, quand tu vis une grande course, automatiquement tu le vis avec tes tripes et c'est de grandes émotions.

25:51
Cédric n'a pas dit son dernier mot, il revient dans l'arène après avoir été soigné et affronte de nouveau le taureau.

26:06
Il attrape enfin la cocarde!

26:09
O-Ton Cédric
C'est surtout la passion du taureau, il faut aimer le taureau, aimer le taureau et après, ça vient tout seul.

26:37
Les gens de la Camargue aiment le taureau et les jeux taurins. Un vieux razeteur a dit un jour: "Nos coeurs s'enflamment à la vue du taureau noir. Le taureau fait partie de notre vie depuis la nuit des temps. A ce titre, la course camarguaise est profondément ancrée dans notre patrimoine culturel. C'est seulement avec le taureau de Camargue que nous vivons au rythme de la tradition."

Download als RTF Dokument


» zum Seitenanfang

szmtag